Assurance vie: acceptation du bénéficiaire

Santé - Assurance - Mutuelle > Assurance vie: acceptation du bénéficiaire

Quel est le principe? Tout bénéficiaire d'un contrat d'assurance vie qui connaît cette qualité peut en réalité accepter un accord avec l'assureur qui, à quelques exceptions près, rendra sa nomination irrévocable.

Dans la plupart des cas, cette acceptation a lieu de fait après le décès du souscripteur, lorsque le bénéficiaire accepte de recevoir l'assurance-vie reçue. la durée du contrat, sous certaines conditions.

Adoption par le bénéficiaire: formalités nécessaires

La loi du 17 décembre 2007 définit les conditions d'acceptation du bénéficiaire, qui se terminent par une période de conflits et de blocages. Désormais, pour s'inscrire auprès de l'assureur, l'acceptation doit être confirmée par le souscripteur. Si le souscripteur échoue, l'assureur ne pourra pas enregistrer de demande d'acceptation. L'adoption peut être obtenue:

  • ou en confirmant le contrat d'assurance vie signé par le souscripteur, l'assureur ou l'institution bancaire et le bénéficiaire destinataire;
  • par acte authentique ou par acte privé entre le souscripteur et le bénéficiaire de l'assurance vie, à condition que le contrat soit transféré à l'institution bancaire ou à l'assureur dans les meilleurs délais. En effet, l'acceptation n'est effective pour l'assureur qu'après son signalement. L'adoption ne peut avoir lieu moins d'un mois après la signature d'une police d'assurance vie.

La Cour de cassation a noté dans l'arrêt du 22 février 2008 les conséquences du droit de rachat d'une acceptation faite avant le 18 décembre 2007. Dans ce cas, si l'abonné n'a pas expressément renoncé à son droit, il peut faire racheter son contrat ou demander une avance sans le consentement du bénéficiaire.

Conséquences de l'acceptation par le destinataire

  • L'acceptation par le (s) bénéficiaire (s) de la police d'assurance-vie implique un souscripteur:
  • impossibilité de modifier la disposition du bénéficiaire de l'assurance-vie, ainsi que la privation du bénéficiaire sans son consentement;
  • impossibilité d'effectuer un remboursement, des avances ou la fourniture d'un contrat en garantie sans le consentement du bénéficiaire destinataire;
  • impossibilité d'exécuter des sentences arbitrales entre pensions, à l'exception du fonds en euros, sans le consentement du bénéficiaire;
  • Liberté de choisir le profil de gestion du contrat (sous réserve de toute réserve concernant la conversion du contrat en unités de compte dans un contrat en euros)
  • Possibilité de restituer du capital à la fin du contrat, si celui-ci comprend la durée de vie.

Veuillez noter que le souscripteur n'a pas besoin d'informer le bénéficiaire de l'existence du contrat. La nomination par un notaire public lui permet de garder le secret de la situation du bénéficiaire vis-à-vis de l'assureur et de limiter les risques liés à l'acceptation.

Intérêt pour l'acceptation du bénéficiaire

L'acceptation exprimée par le bénéficiaire est obligatoire pour le souscripteur. Ce mécanisme restreint la liberté de gérer un contrat d'assurance vie et doit donc être utilisé de manière économique.
La formalisation de l'acceptation du bénéficiaire est utile dans plusieurs cas:

  • lorsqu'un souscripteur apporte son assurance vie en garantie d'un emprunt: la banque ou l'établissement de crédit est désigné par le bénéficiaire du contrat. Lors de l'acceptation, l'établissement de crédit garantit que le capital d'assurance-vie fourni en garantie n'est jamais initié ni transféré à un tiers. C'est une protection supplémentaire;
  • lorsque le don entre les âges est établi en faveur de plusieurs enfants: le maintien du bénéfice de l'assurance vie de l'un des enfants par admission permet a priori de garantir la part de la partie hôte dans la future succession de donateurs

Cas d'annulation de la réception du bénéficiaire

Certains événements peuvent entraîner l'annulation de la part du bénéficiaire. L'abonné retourne alors sa liberté de gérer et de nommer le bénéficiaire. Ces cas incluent:

  • Inexactitude, actions malveillantes (article 955 du code civil) relatives à l'établissement d'un tuteur ou à la garde d'un souscripteur dans certaines conditions (article L132-4-1 du code des assurances)